CALACS Congress

Les congrès de l’ACELAC ont lieu tous les 12 mois.

Ils donnent aux chercheurs, aux enseignants, aux étudiants, aux représentants officiels du gouvernement et aux autres personnes qui s'intéressent aux études latino-américaines et des Caraïbes l'occasion d'échanger des idées et de se renseigner sur les progrès réalisés dans ce domaine. Les congrès, tout comme l’ACELAC, sont multidisciplinaires et ouverts à des communications et des chercheurs de plusieurs domaines, couvrant divers sujets et questions d’importance.

Congrès 2021: Sécurité et insécurité en Amérique latine et dans les Caraïbes

2021 de l’ACÉLAC se tiendra virtuellemen. Le Congrès de cette année est organisé par CALACS, 23-25 aoû

L’Association canadienne des études latino-américaines et caraïbes (ACÉLAC) vous invite à participer à sa conférence annuelle 

23 au 25 août 2021

Sécurité et insécurité en Amérique latine et dans les Caraïbes

2021 de l’ACÉLAC se tiendra virtuellemen

(Le Congrès de cette année est organisé par CALACS)

Le conseil d’administration de l’Association canadienne d’études latino-américaines et des Caraïbes, ont le regret d’annoncer que, en raison des enjeux de santé publique, la conférence 2021 de l’ACÉLAC se tiendra virtuellement.
Étant donné que la conférence de 2021 se déroulera entièrement en ligne, aucuns frais d’inscription ne seront facturés, mais toutes les participantes, tous les participants doivent être membres en règle de l’ACÉLAC pour figurer dans le programme. La date limite de soumission des propositions, fixée au 22 janvier 2021, reste inchangée et nous accueillons particulièrement les propositions de panels complets sur le thème « Sécurité et insécurité en Amérique latine et dans les Caraïbes », ainsi que les propositions sur tout autre sujet concernant l’Amérique latine et les Caraïbes.

La pauvreté et les inégalités endémiques demeurent les plus grands défis auxquels sont confrontées l’Amérique latine et les Caraïbes. La pauvreté et les inégalités continuent de façonner de nouvelles formes d’insécurité socio-économique et environnementale dans la région. Si le concept d'insécurité implique nécessairement son inverse (la sécurité), les Amériques sont influencées par la tension - créative et perturbatrice - entre ces deux pôles apparemment opposés. Plutôt que de construire la sécurité et l'insécurité comme un binaire lorsque l'on considère les multiples dimensions de la sécurité humaine, sociale et écologique, il est possible de voir à la fois la coexistence de la sécurité avec l'insécurité, ainsi que la nature interconnectée de ces deux concepts. D'un côté, certains supposent qu'un type de sécurité conduit à une sécurité accrue dans d'autres secteurs de la société. Par exemple, la sécurité des institutions démocratiques mène à la sécurité économique, et vice versa. Pourtant, la recherche démontre qu'il s'agit d'une fausse hypothèse. D'autre part, une analyse récente a montré comment la sécurité dans un domaine peut avoir des effets négatifs sur la sécurité dans d'autres domaines. Comment la militarisation de la société affecte-t-elle la sécurité humaine? Comment la sécurisation des zones géographiques où sont situées les ressources naturelles affecte-t-elle les moyens de subsistance des peuples autochtones et des personnes d'ascendance africaine? Comment la quête de la sécurité énergétique affecte-t-elle la sécurité alimentaire? Comment les « villes intelligentes » conçues pour améliorer la sécurité personnelle affectent-elles la sécurité des informations personnelles? Comment les programmes de revenu de base assurant la sécurité économique affectent-ils la qualité de l'engagement politique? Comment la protection des principes de la liberté d'expression affecte-t-elle la sécurité des groupes et des individus marginalisés? Comment les dynamiques culturelles réagissent-elles à ces tensions? Par exemple, comment est-ce que les narcocorridos ou le reggaetón font face à de tels défis?

De manière générale, la quête de la sécurité est-elle un jeu à somme nulle? Ou bien ces tensions pourraient-elles être génératives et productives? Ces questions et bien d’autres seront au cœur des débats du Congrès annuel de l’ACELAC 2021, qui met en lumière ces tensions entre sécurité et insécurité dans la production littéraire et artistique, la représentation politique, les migrations, l’éducation, les mouvements sociaux, et les politiques économiques. Cette discussion est d’autant plus urgente que le contexte actuel de la pandémie de la COVID-19 n’a fait qu’exacerber les dynamiques d’inégalité de l’Amérique latine. À titre d’exemples: Qu’implique l’établissement d’un couvre-feu en Colombie qui vise à limiter les grands rassemblements en assignant des jours de la semaine selon les sexes? Quelles sont les répercussions de la gestion gouvernementale de la pandémie sur les populations vulnérables au Brésil et en particulier, sur les peuples autochtones de l’Amazonie?  Comment les populations migrantes de l’Amérique latine ont-elles été affectées par les restrictions sociales et politiques imposées par les différents gouvernements pour contrôler la propagation de la COVID-19? La conférence aborde la manière dont la sécurité et l'insécurité sont construites dans le temps et de manière culturellement spécifique à travers les Amériques.