CALACS Congress

Les congrès de l’ACELAC ont lieu tous les 12 mois.  

Ils donnent aux chercheurs, aux enseignants, aux étudiants, aux représentants officiels du gouvernement et aux autres personnes qui s'intéressent aux études latino-américaines et des Caraïbes l'occasion d'échanger des idées et de se renseigner sur les progrès réalisés dans ce domaine. Les congrès, tout comme l’ACELAC, sont multidisciplinaires et ouverts à des communications et des chercheurs de plusieurs domaines, couvrant divers sujets et questions d’importance.

Congrès 2019: ACÉLAC à 50 ans

York University, Toronto, 10-12 mai

 Bermudian policeman stopping traffic on Bloor Street for Caribana in 1970. 

En 2019, l’ACÉLAC célébrera ses 50 ans. Afin de souligner cette étape importante, sa conférence annuelle se tiendra sur à l’Université York, à Toronto, lieu de sa conférence inaugurale en 1969. Cet événement est organisé par le Centre de recherche de York sur l'Amérique latine et les Caraïbes (CERLAC) en commémoration de son 40e anniversaire à l'automne 2018. En se tenant dans l’une des villes les plus diversifiées au monde, la conférence 2019 de l’ACÉLAC offre l'occasion de célébrer et de brosser le portrait d’un demi-siècle d’activisme et de recherche interdisciplinaire au Canada au sujet de l’Amérique latine et des Caraïbes.

En plus d'accueillir des panels, des ateliers et des communications sur l'histoire des études antillaises et latino-américaines au Canada, le Comité de programmation cherche à faire de la conférence un événement diversifié et inclusif. Nous invitons les propositions d'étudiants, d'universitaires, de chercheurs communautaires, de producteurs culturels et de militants, actuels et passés, qui étudient les Caraïbes, l'Amérique latine et leurs diasporas. Le Comité de programmation veut également mettre en évidence la série de crises politiques, économiques, environnementales et sécuritaires, qui sont toutes interconnectées les unes aux autres et qui, pour la première fois depuis des décennies, entraînent une augmentation du nombre de demandeurs d’asile provenant de la région. Ces problèmes, ainsi que l'héritage historique de l'impérialisme et du colonialisme, seront mises en évidence à travers des discours liminaires et des séances plénières. De plus, le 13 mai servira de journée transitoire entre la conférence de l’ACÉLAC et celle de l’Association canadienne d’études sur les réfugiés et la migration forcée (ACERMF) qui se tiendra du 14 au 16 mai. L’objectif de cette journée transitoire est d’encourager les échanges sur des points d’intérêts et de préoccupations communes aux membres des deux associations.